dimanche 13 février 2011

Mirage F-1 EQ 30

J'en ai fini avec l'alizé pour le moment mais on reste chez les avions français. Aujourd'hui pourtant, il n'a pas de cocardes françaises, il n'a pas de cocarde du tout d'ailleurs puisqu'il n'a jamais volé.


Pourquoi, me direz vous! Il s'agit d'un mirage qui devait être livré à l'Irak au début des années 1990, construit chez Dassault à Bordeaux en 1991 puis envoyé à Clermont Ferrand pour y être achevé et militarisé, il n'a jamais été livré ni terminé pour cause d'embargo. Il a été oublié au fin fond d'un hangar (à Hygrométrie contrôlée) avant d'être retrouvé pour  finir à Lyon Corbas en novembre 2008 chez EALC où vous pouvez maintenant le voir.

La saga des mirages aux côté du IIIE , le F-1.

Sur le dos de la bête.
Son environnement de conservation a permis qu'il soit dans un état de propreté exceptionnel.
Il manque beaucoup de petites pièces comme les vérins d'aérofreins.

Les logements de train d'atterrissage sans une tache d'huile.
Le train d'atterrissage du F-1 à la cinématique si particulière.



Comme il n'a jamais été terminé il manque des pièces mais petit à petit le travail avance. Lorsqu'il est arrivé, il n'avais pas reçu ses ailes. Cette semaine il a récupéré un nez qui lui donne fière allure.

Un nez à faire pâlir Cléopâtre.
Comme les inscriptions le montrent, l'appareil est réformé avant même sa mise en service.



 Comme d'habitude on finit par le cockpit:

La verrière a encore un plastique de protection.


Dans le cockpit il manque beaucoup de chose et des câbles dépassent de partout.
Voilà pour le F-1 mais là encore, il y a du travail.
-->

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire