vendredi 10 août 2012

EALC le 07/07/2012

Bonjour, et bien on y est, ma dernière visite à EALC avant Janvier 2013, et normalement à mon retour, le site devrait être métamorphosé puisque l'ouverture est programmée pour septembre/octobre. Avant cela quelques semaines de travail attendent les bénévoles de l'association (tout un faux plafond à enlever dans un hangar, bon courage aux courageux), ce qui fait que les restaurations d'appareils sont actuellement stoppées en l'état. Vous devriez pouvoir avoir des nouvelles de l'ouverture via le site de l'association mais aussi tous les moyens de communication locaux (journaux...), j'espère que vous y serez nombreux pour admirer ces appareils, je suis sûr que tous les membres de l'association auront à coeur de faire découvrir à chacun des visiteurs les appareils dans leur moindres détails.


Un alizé en patrouille avec un jaguar, un mirage III et un mirage IV, il n'y a pas beaucoup d'endroits où on peut voir ça !



Je suis un peu triste de ne plus pouvoir passer mes après midi sous l'aile de l'alizé, c'était fatiguant, mais quel fabuleux appareil ! Et que dire du nord 262 ! Ces deux là ne sont peux être pas les plus impressionnants et les plus connus, mais je leur doit en grande partie d'être membre de l'association, et c'est une joie que je n'aurai pu imaginer il n'y a encore que quelques années que de pouvoir les toucher, les sentir (les avions ont une odeur tellement particulière ! (= ), s'installer à leurs commandes et ainsi pouvoir imaginer, les centaines de pilotes qui ont pu avant prendre ma place pour quelques heures pour les mener dans les cieux.

Voilà, beaucoup de mots pour vous dire ce que je ressent à l'idée de quitter le musée pour 6 mois à une période si cruciale de son existence (qui j'espère sera longue). Heureusement je ne devrai pas manquer d'avions en Californie !

Comme d'habitude, on va faire un petit tour par chaque avion.





En ce moment, c'est le Fouga qui avance pas mal, un chantier sous la houlette d'un membre très sympathique qui fait du très bon boulot (je dis ça mais sur les autres chantier c'est la même chose ! (=  ). Après avoir remonté, les instruments, il faut remettre en état la verrière avant et particulièrement sa charnière. Heureusement, nous avons une autre charnière sous la main, mais il faut d'abord la démonter de la verrière actuelle qui visiblement à passée de nombreux hiver dehors, c'est pourquoi les vis sont particulièrement difficile à enlever. Et hop, une après midi de travail plus tard, quasiment toutes les vis ont cédées ! 









Autre chose, il manque quelque chose d'indispensable au fouga pour retrouver son apparence d'autrefois....                           ... des sièges, parce qu'actuellement, le cockpit est totalement vide. Les sièges ont donc été rééquipés, les harnais changés, ils ont pas de la gueule comme ça ?



Siège avant
Siège arrière

Enfin, les trappes de train d’atterrissage ont été démontées, mais je suis incapable d'en dire la raison.


Les trappes démontées permettent de voir mieux le train principal









L'insigne de la SALE 2
Pour ce qui est de sa future déco, le choix initial qui était de faire un appareil aux couleurs de l'école de chasse de Meknès (l'appareil y a été utilisé à l'école de spécialisation réacteur avec le code AY en 1958) est en train d'évoluer. (cette décoration est simple à réaliser car elle ne possède pas de marquages day glow orange vif) , nous aurions peut être finalement un appareil aux couleurs de la 2ème escadre de chasse de Dijon (SALE 2, Section d'accueil de liaison et d'entrainement), les raisons de cette évolution sont l'absence d'antenne VOR sur les appareils de Meknès alors que le 124 en possède et le fait que l'unique photo du 124 dont nous disposons le montre dans cette formation (code 2-HB).

Extrait du livre le fouga sous toutes ses couleurs (p73)
Un appareil de la SALE 2 ( qui a eu la même immatriculation que le notre a arboré un petit dessin humoristique sympathique ! (photo venant du site Aeromil)


A noter que comme quelques Fouga l'ont eu dans leur carrière, notre exemplaire à la verrière arrière blanche (pour le notre il s'agit de raisons pratique puisque celle ci était en très mauvais état, il a donc été décidé de la peindre), heureuse coïncidence puisque la photo du 124 le montre aussi avec la verrière blanche.
Pour finir, j'ai fait quelques recherches sur le Fouga magister C/N 124 et il s'avère qu'il à porté les immatriculations 2-HI (06/1978) et 2-HB (04/1969 à 04/1972),  d'après la base de données de Delta Reflex et le livre le fouga sous toutes ses couleurs.

Voilà pour le Fouga




Passons maintenant au plus beau !


...


J'ai nommé le Breguet Alizé (avouez que vous vous en doutiez).


Là encore la restauration portée par les deux Jean-Luc avance bien, tous les points du corrosion du logement radar sont traité (et je peux vous dire qu'il y en avait un paquet). Le remontage du radar est donc sans doute proche (enfin, il serait proche si on avait pas tout les travaux pour l'ouverture au publique).

La corrosion, il y en a un peu ...


...beaucoup...



...à la folie !
plus du tout !



De mon côté, j'ai attaqué le nettoyage du dessous de l'appareil, c'est encore plus fatiguant que le dessus et c'est franchement pas marrant quand on s'attaque à la zone entourant le système de purge de l'hydraulique qui est noyé sous une couche de fluide hydraulique dont je n'ai pas réussi à venir à bout.

Donc il reste à voir ça, mais là non plus ce ne sera pas pour tout de suite.



Pour le Ms-733, la progression est impressionnante puisque l'appareil est sur son propre train d’atterrissage ! Il ne peut pas voler mais il peut rouler ! il a aussi récupéré ses ailes et là on commence à  retrouver la silhouette de l'alcyon !





Et même le cockpit !


Pour le Wassmer 30 Bijave que nous avons récupérés à Bourg en Bresse, j'ai noté l'immatriculation, il s'agit du F-CBVV le C/N 175 qui a été construit en 1967. Ex Armée de l'Air F-TSFD, réimmatriculé F-CBVV en 1990 sa décoration n'a quasiment pas évolué depuis qu'il a quitté l'armée).

Le F-CBVV 


Le F-CBVV
On continue rapidement avec les planeurs, voici la partie avant du fuselage du centrair pegase C/N 80, je n'ai pour l'instant pas trouvé trace du reste de l'appareil



Dans un coin traine un demi stabilisateur de breguet alizé qui va servir de bureau d’accueil à EALC et là j'avoue que je suis très partagé par cette nouvelle mode qui consiste à réutiliser des objets aéronautique pour en faire des meubles ou de la décoration. Quand c'est pour éviter la ferraille à un avion, si il n'y a pas d'autre moyen d'accord, mais certainement pas s'il s'agit d'avion rare ! Il faudrait mieux éviter cette pratique. Dans notre cas, nous avons d'autres stabilisateurs en réserve (qui ont été proposés à certaines associations en cours de restauration d'appareil notamment les ailes anciennes de Toulouse).

Stabilisateur de Breguet Alizé
C'est normalement la dernière fois que je vois l'étendard IV M C/N 36.


Pour le mirage IV, il semble qu'on continue toujours un peu plus d'approcher de la fin, mais les détails finaux prennent toujours un temps fou et actuellement l'équipe est engagée dans un petit débat pour savoir dans quel escadron le mirage sera affecté (à cet effet des expérimentations ont été faites avec le Gascogne entre autre, mais il pourrait aussi se retrouver au Bretagne). Impossible de savoir dans quel escadrons l'appareil a été affecté, tout ceux qui ont cherchés s'y sont cassés les dents. Mais une plongée dans tous les air fan parlant du mirage IV m'a quasi convaincu que l'appareil n'a jamais été en service opérationnel en escadron ! Pour une fois, on va donc peut être faire une entorse à l'hisoire de l'appareil mais c'est pour la bonne cause ! A noter que le 28 est maintenant parrainé par l'ANFAS.

Gascogne ou Bretagne ? Telle est la question !






Par ailleurs, outre le scope radar de mirage IV A qui va être installé, un calculateur de navigation de mirage IV A va aussi être installé, l'appareil va donc être un hybride de IV A et de IV P.

presque prêt à être remis en place !
A droite dans le cockpit ça a un peu avancé


deux semaines avant, c'était comme ça.



Le calculateur de navigation du mirage IV A (qui est en très bon état !)


Enfin, quelques petit trucs dans des recoins du hangar comme cette pale Ratier Figeac de Nord 262 D



ou encore le système de largage de marqueurs à l'arrière du nord  262 C/N 60.



Cockpit du Nord 1101

Et une photo aide mémoire du cockpit du mirage F-1 EQ au cas où des évolutions importantes serait faites en mon absence, comme ça, on voit bien comment c'était !


Voilà, c'est fini pour 6 mois, je suivrai la suite en même temps que vous sur
 http://www.ealc.fr/ (mais tant que j'ai de quoi faire des articles, je continue !)

A vendredi prochain

Baptiste

-->

Aucun commentaire:

Publier un commentaire