vendredi 22 février 2013

L'histoire des Mirage F-1 EQ

Un des avions les plus intrigants de la collection est sans doute le mirage F-1 EQ 30 et à part le fait qu'il n'a jamais été terminé ni livré, je ne connaissais pas grand chose de l'appareil.

J'ai donc décidé de m'atteler à l'histoire de la série des mirage F-1EQ pour essayer d'y voir un peu plus clair. (je précise que je ne suis pas l'auteur des photos suivantes)

D'abord une rapide histoire du mirage F-1. Il est issu d'une demande de l'armée de l'air pour un avion corrigeant les principaux défauts du mirage III (vitesse d'approche élevée et autonomie relativement faible), l'appareil devait également être polyvalent, pouvant être utilisé à la fois pour de l'interception et de la pénétration basse altitude. Cela va donc conduire Dassault à abandonner l'aile Delta pour l'aile en flèche, l'appareil est toujours construit autour d'un ATAR, mais cette fois c'est un ATAR 9K50 contre un ATAR 9C pour le mirage III E.

prototype dassault
Le 5ème mirage III E de série aux côté d'un prototype du mirage F-1 nous montre bien les différences entre les appareils.




Après la phase d'essais en vol (le premier vol a lieu en 1969), la première version à entrer en service est la version chasse C en 1973 au Normandie Niemen, elle est suivie de quelques évolutions comme les mirage F-1 C-200 (avec perche de ravitaillement en vol), puis les commandes à l'exportation permettent de financer une version biplace, le mirage F-1B qui arrive en 1980 (un peu plus tard car il a été dévelopé à la demande du Koweit).

3/5 Comtat venaissin
Un mirage F-1B de la 5ème escadre, en l'occurence, un appareil d'un escadron dissous depuis mai 1997, le 3/5 Comtat Venaissin.



2/30 Normandie Niemen
Un mirage F-1C-200 aux couleurs du normandie Niemen tel que notre F-1 EQ doit devenir (le Neuneu est le premier escadron a avoir reçu des F-1).
1/12 Cambrésis
 Personnellement  même si j'aime bien le Normandie Niemen, je rêve d'avoir un F-1 avec une dérive bien colorée comme on en voyait à Orange et Cambrai (ici un avion du 1/12 Cambrésis).

Finalement une dernière tranche d'appareil est livrée à partir de 1983, il s'agira de la version de reconnaissance, le mirage F-1CR (les cellules de mirage F-1 les plus modernes de l'armée de l'air).

2/33 Savoie
Le mirage F-1CR, l'épine dorsale de la reconnaissance tactique française jusqu'à l'arrivée du pod reco NG sur Rafale. Ici un appareil du 2/33 Savoie.


L'arrivée du mirage 2000 en grand nombre au début des années 90 rend disponible un grand nombre de mirage F-1C, ce sont alors 55 mirage F-1C-200 qui sont convertis en mirage F-1CT (chasse tactique) à partir de 1992.

Un mirage F-1CT du Côte d'argent au CEAM de mont de Marsan


En 2003, les derniers mirage F-1C sont retirés du service (par l'escadron 1/30 Alsace) puis en 2012 c'est au tour des mirage F-1CT qui finissent leur vie à Mont de Marsan au 2/33 Savoie. Il est prévu que les mirage F-1B et CR finissent leur carrière en 2014.

L'appareil a aussi connu une belle carrière à l'exportation et c'est donc à l'irak que nous allons nous intéresser aujourd'hui.



prototype
Le prototype du F-1 EQ (on constate l'absence de perche de ravitaillement)


Les premières livraisons à l'Irak ont commencées en février 1981 après plusieurs mois de retards dus au déclenchement de la guerre Iran/Irak en septembre 1980 ainsi qu'a des obstacles politiques et logistiques.
Pour la livraison des avions, il fut décider de faire décoller les avions de France, d'atterrir à Chypre pour ravitailler. Enfin, les avions redécollaient pour l'Irak en passant au dessus de la jordanie, ils atterrissaient finalement sur la base de Qayyarah/Shigart.

Le premier escadron à recevoir les appareils fut le No 79 et il fut suivi par bien d'autres livrés en différentes tranches:

Pour les monoplaces:

La version de de base est le mirage F-1 E (E comme Export, il a existé une  version de mirage F-1 E qui était un mirage F-1 C avec réacteur M-53 comme le mirage 2000 cependant ceux là gardent l'ATAR 9K50 comme les autres F-1), monoplace chasseur multi role tout temps.

  • 1980-1981: 16 mirage F-1 EQ (numéros 4004 à 4019)
  • 1981-1982: 16 mirage F-1 EQ-2 (numéros 4020 à 4035), version de défense aérienne.
  • 1982-1984: 28 mirage F-1 EQ-4 (numéros 4500 à 4503 et 4506 à 4529), attaque au sol, reconnaissance aérienne.
Le premier avion de la 3ème tranche, flambant neuf !
  • 1983-1985: 20 mirage F-1 EQ-5 (numéros (4560 à 4579), version antinavire.
  • 1988-1990: 18 mirage F-1 EQ-6 (numéros (4600 à 4608 et 4615 à 4623), version antinavire.
Il y eut également 12 mirage F-1 EQ-6 supplémentaires commandés mais non livrés après l'embargo des nations unies du à l'occupation par l'Irak du Koweit.

Pour les biplaces:

  • 1980-1981: 2 mirage F-1 BQ (numéros 4000 et 4001)
  • 1981-1982: 2 mirage F-1 BQ (numéros 4002 et 4003)
  • 1982-1984: 5 mirage F-1 BQ (numéros 4504, 4505 et 4556 à 4558)
  • 1988-1989: 6 mirage F-1 BQ (numéros 4609 à 4614)
De même que pour les monoplaces, 3 F-1BQ n'ont pas été livrés pour cause d'embargo.

Soit un total de 98 monoplaces et 15 biplaces livrés, 15 appareils n'ont pas été livrés.


source: http://iraqimilitary.org/forums/viewtopic.php?f=7&t=68

On le voit, les commandes de mirage F-1 Irakien ont été très nombreuses et sont dues à la guerre Iran-Irak durant laquelle ils ont accomplis de nombreuses et diverses missions: de la défense anti-aérienne en passant par l'anti radar, l'assaut maritime, le bombardement de précision, jusqu'à des missions de reconnaissance.

Ils ont été opposés aux F-14 tomcat Iraniens (en novembre 1981, un mirage F-1 a abbatu le premier F-14 iranien), globalement les combats tournaient à l'avantage de ce dernier.
Durant la guerre, 33 mirage F-1 ont été abbatus par des F-14 et 2 par des F-4 phantom. De leur côté, les F-1 ont abbatus 35 avions iraniens (principalement F-4 phantom II et F-5 tiger)
    Les mirage F-1EQ ont aussi beaucoup combattus sur les mers et ont détruit des pétroliers iraniens à l'aide du redoutable AM-39 Exocet dont les anglais ont pu juger l'efficacité durant la guerre des malouines. Il y a eu également des bavures puisque le 17 mai 1987, deux exocet touchent la frégate américaine USS Stark dans le golfe persique.
    Plusieurs d'entre eux sont maintenant utilisés par l'Iran qui les a récupéré suite à la fuite de pilotes pour échapper à la guerre du golfe. En Irak, peu ont survécus aux deux guerres, entre les appareils détruits au sol, enfouis dans le sable ou abbatus, il est quasi impossible de connaitre le devenir de ces appareils.
    En france, il y en a deux de visibles, celui de Corbas qui n'a jamais volé mais qui est un EQ-6 donc la version antinavire et le mirage F-1 BQ du CAEA à Bordeaux (qui lui a 8h15 de vol au compteur!).
    EALC Corbas
    Le mirage F-1EQ de Corbas
    EALC Corbas
    -->

    4 commentaires:

    1. En effet, et il en manque beaucoup d'autres, les sud africains, les espagnols, les marocains... Le but de cet article était simplement de faire un historique du mirage F-1EQ et comme toute l'histoire du mirage F-1 en général gravite autour des appareil français, j'ai aussi fait un historique de ce dernier (d'autant plus que le F-1 EQ-30 doit revenir au moins en apparence à une forme de mirage F-1C-200 français). L'article est donc loin d'être exhaustif!

      RépondreSupprimer
    2. Il me semble que tous les F1 de serie ont été motorisés avec des Atar 9k, seul le F1-E M53, concurrent malheureux du F-16 dans le marché du siècle, a été équipé du M53.

      RépondreSupprimer
    3. C'est exact, je me suis peut être mal exprimé dans l'article .

      RépondreSupprimer